James Rico (#001) | Drame à Victory City

James Rico, Mes Chers Démons, Visage des Dieux, parlez ici de tout ce qui touche aux Chroniques de l'Oranu (C.D.O.).
Répondre
Avatar du membre
Evil Goat
Administrateur
Administrateur
Messages : 148
Enregistré le : lun. 8 mars 2021 19:38
Localisation : Charente
Contact :

Ce sujet sert à parler et à débattre sur le mono Drame à Victor City qui est le premier mono sortie sur l'univers, scénarisé par Bohort puis produit par Ambroise.

Image

Résumé : A Victory City, le légendaire James Rico doit récupérer un mystérieux objet, détenu par un dangereux criminel.

Écouter/Télécharger sur le site : https://audiodidact.fr/fiction-sonore/d ... tory-city/
Écouter sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=oFDtaJBPHSU

Distribution
LEO FENOLL – James Rico
GEEK FOREVER PROD – Gwenn Douarnez
NAKID – Narrateur
GEEF.GIF – Edmund
BENHYNE – Mr Hearthshold
TAMI – Dame Abbigaël
TRODRIG – Pilote Robert Marcellus
TANOSIANO – Commissaire Priseur
KHAL – Bandit
MYUTO – Homme de main
GREEL – Vendeur de Journaux
GRIKKE – Groom

MORPHEE – Comédien
MRPAUL – Comédien
SKULL – Comédien
ALBERTORIGOLO – Comédien
MYUTO – Comédien
TRODRIG – Comédien
GALLAAD – Comédien
KHAL – Comédien
TINAM13 – Comédienne
THEWOLF – Comédien
NAAV – Comédienne
DRAIDER – Comédien
TEAMONIAQUE – Comédien
TOMI – Comédien

Production :
AMBROISE – Créateur, Scénariste, Relecteur
BOHORT – Scénariste
DAHUKEY – Relecteur
EVIL GOAT – Compositeur
BADOU – Réalisation ( Mixage), Sound Design
ZOSK – Sound Design
BENELOR – Sound Design
FRIZOU – Illustrations
Image
Avatar du membre
Evil Goat
Administrateur
Administrateur
Messages : 148
Enregistré le : lun. 8 mars 2021 19:38
Localisation : Charente
Contact :

Oui, c'est un double-post, mais vu que c'est une critique, je vais me le permettre à titre exceptionnel.

Critique de Drame à Victory City

Attention, je ne critique que le mono, pas ceux qui l'ont réalisés.

J'ai décidé de me lancer officiellement dans la critique des différentes fictions sonores liés à James Rico. N'y voyez aucunement l'intention de tirer contre mon propre camp, car même si j'ai participé à leur création, le temps étant passé, j'ai de nombreuses choses à en dire ; que ce soit sur le fond comme sur la forme.

Là où le mono sort grand gagnant, c'est bel et bien par sa qualité exceptionnelle de mixage, le rendant immersif et plaisant aux oreilles. Il y a une expertise indéniable de la part de Badou qui a vraiment permis de tirer quelque chose de bon sur ce premier mono. Le sound-design est de qualité, la musique je n'en parlerais pas (vu que c'est moi qui l'ai faite)... cependant il y a quelque chose qui m'a pas mal embêté à l'écoute ; c'est l'usage d'un narrateur au point de vue interne en guise de cache misère pour amener de la description visuelle dans une fiction sonore. c'est un point de vue très personnel, mais même si cette narration apporte réellement quelque chose au récit, entre autre du côté du lore autour de Victory City, elle en fait trop - elle en dit parfois même trop, et parfois des choses qu'on peut deviner où qui aurait pu être placé plus intelligemment au coin d'un dialogue.
Ce rajoute à ça le fait que la narration change occasionnellement de points de vue. Un coup, c'est James qui est en voix off, un coup, c'est la Dame en C8, puis, plus tard, c'est Gwenn qui nous donne son point de vue. Je ne suis pas certain que ce soit la chose la pertinente à faire de multiplier les points de vue narratifs dans un mono de 20 minutes (surtout quand c'est la Dame en C8 qui nous explique son crush sur James)...

Concernant l'histoire : Pour résumer, il y a une ville nommé Victory City dans un des mondes auxquels peut accéder James ; on est sur du steampunk tier avec des dirigeables et de la technologie au charbon. On a des conflits introduits par le narrateur, histoire d'avoir un contexte et du lore... (Est-ce que ça a permis de résoudre quelque chose dans le scénar, je n'ai pas l'impression, mais au moins ça donne un peu de crédibilité au monde, donc ça reste cool à mon sens).

Donc, James arrive en ville s'allume une cigarette en philosophant sur l'horreur de la guerre entre les Anglicagnes (ça s'écrit comme ça ?) et les séparatistes Tretons. Il pleut, il tombe sur une scène de crime. Puis, après un long monologue interne encyclopédique il se casse dans une boutique où il va trouver un mec qui, si tu lui donnes le bon code "Reine en C8" t'amène voir la dame Abigaël.

Après leur dialogue, je n'ai pas réellement compris qui elle était ? C'est elle qui dirige la ville ? C'est officiel ? Criminel ? Tout ce qu'on sait, arrivé à ce moment de l'histoire, c'est que James l'a aidé en échange d'infos sur une pierre d'oranu (qui est littéralement le prétexte de l'action du mono).

Donc James arrive dans les appartements de la dame qui s'écoute de la bonne zic' puis ils parlent. Et d'un coup, elle commence à nous décrire James en voix off.

Et c'est à partir de ce point précis que j'ai commencé à trouver cette narration agaçante. j'en ai parlé sous le point de vue de la forme plus, haut, mais coté fond... c'est encore plus tragique, je pense. Jusque-là, je supportais sa présence, mais l'utiliser pour décrire un personnage, je n'adhère pas. J'adhère encore moins quand le personnage qui fait ça le fait en "bavant" (on n'en est pas loin). Je trouve que ça ne donne pas une image très flatteuse d'Abigaël qui avait l'air d'être pensée comme un perso sophistiqué. Cette phase de narration, j'irai jusqu'à dire quelle casse un peu e perso.
Mais au moins cette scène permet d'introduire l'action suivante : liée aux Douarnez. Plus spécifiquement à l'antagoniste du mono - Gwenn Douarnez. Donc en soit, même si la scène est alourdie inutilement par le journal intime narratif d'Abigaël, elle est quand même réussie, car fixe clairement le cap, même si c'est arrivé à la moitier (Ce qui veut dire que théoriquement on a passé 50% du mono à ne pas savoir où l'histoire allait).

James se rend à une vente aux enchères qui va se transformer en grosse bagarre avant que ça se mette sur le toit du bâtiment où James et Gwenn se mettent sur la tronche.

C'est une scène que j'ai plus ou moins appréciée. L'exécution est fluide, la phase d'enchère en elle-même était pas mal gérée et permettait de découvrir quelques têtes du monde criminel de Victory City... non vraiment, il y avait quelque chose de cool avec ce moment. Bon, après il y a quand même la voix off de Gwenn, qui a l'avantage de servir un peu plus que celle d'Abigaël. Même si le côté "Gngngna James va tomber dans mon piège, je suis un génie machiavélique"... bon :

Image

Le combat sur le toit, pareil, je trouve qu'il est vraiment pas mal (toujours gâché par l'excès de narration, mais bon, c'est un peu le thème récurrent de la critique d'aujourd'hui) - et j'hésitais pas mal à dénoncer la scène où Gwenn veut que James lui tire une balle dans le cœur pour prouver un point. C'est typiquement le genre de truc qui, au vu du degré de WTF qui en découle qui aurait pu être complètement loupé, et bha non, la scène fonctionne et arrive à montrer quelque chose sans le dire (ce qui est très fort vu que le mono dit beaucoup de choses qui auraient dû être montrés) : Gwenn ne peut pas mourir.
On arrive à comprendre ce qu'il se passe, scène plutôt réussie.

Course poursuite en girocoptère, on découvre Robert Marcellus, le meilleur personnage tout l'univers des Chroniques.

J'ai quasiment rien à dire de sur cette scène, elle passe toute seule.
Même quand James risque sa vie en se jetant sur le toit du véhicule piloté par Gwenn.
Non si, à la limite, il y a un échange que je ne comprends toujours pas, c'est quand James balance à Robert (gars sûr, celui-là quand même) : "Et pour répondre à votre question, je fais ce que je fais". C'était une punchline supposée, mais tout de même bien loupée. Une occasion ratée pour James de se taire.

Tout est bien qui fini bien, Gwenn va en zonzon, Robert est aclamé en héros... on découvre qu'un mec mystérieux se la joue Moriarty en nous teasant une potentielle série audio avec une lettre envoyée à James...

La conclusion est certes rapide, mais ça va.
En plus, James récupère la pierre d'Oranu, même si arrivé à 20min de mono, on sait toujours pas ce qu'il compte en faire ? (Si, je le sais, car je fais partie de l'équipe).



Pour conclure : J'aurais aimé une scène qui explique à quoi sert l'oranu, j'aurais aimé une scène qui explique comment James est arrivé là. En fait, j'aurais aimé plus de contexte direct, que de lore. Or on a eu plus de lore historique à la zone, que de contexte nécessaire pour comprendre le scénario (réellement). Du coup, on n'a pas réellement d'enjeu, ou s'il y en a, il n'est pas assez appuyé pour qu'on en ait quelque chose à faire - les personnages sont assez anecdotiques, pour certains (dont Abigaël, dont je continue de douter de l'utilité à part pour donner l'info qui permet à l'histoire d'être racontée)...

Mais d'un côté, ce n'est pas surprenant, on est sur du format 20 minutes qui tente de se la jouer blockbuster... c'était tendu de faire quelque chose qui tienne concrètement la route. Et malgré ça, le mono est divertissant : je me le suis écouté plusieurs fois, et je continuerais à me l'écouter. Et pourtant il a des défauts, beaucoup de défauts. Mais ça reste un pilote qui fait le café.

Est-ce que je l'ai aimé du coup : Oui, plus ou moins.

Si je devais lui donner une note (c'est très approximatif), je lui donnerais un 11/20.

C'est ok, mais on pouvait vraiment mieux faire.
Modifié en dernier par Evil Goat le mar. 29 mars 2022 10:09, modifié 1 fois.
Image
Répondre